L'Actualité

Domaine Saint-Préfert Chateauneuf-du-Pape

À SAINT PREFERT, la conjonction d’un terroir de très haute qualité et d’un encépagement original donne à sa production une personnalité provençale unique. Ce sont treize cépages complantés dans plus de 20 parcelles entretenues comme un jardin. Le grenache domine avec 70 % de plants. Ce cépage donne une complexité aromatique, une longueur, une élégance, des tanins fondus sans équivalent. Son potentiel qualitatif oblige à des rendements très bas. La maturation est plus précoce que celle du Mourvèdre, présent à raison de 15%. Joyau noir des grands vins de BANDOL, le mourvèdre apporte structure, richesse et velouté, sublimés lors de l’assemblage par sa fraîcheur avec le Grenache. Cette association subtile, cette complémentarité parfaite, confère à SAINT PREFERT sa touche si particulière, faite de puissance et d’élégance. Une signature unique et intemporelle.

SAINT PREFERT est l’une des très rares propriétés d’un seul tenant où le parcellaire est identique depuis 1932, et le vin intimement associé au maintien de son patrimoine génétique. Depuis plus de dix ans, un travail spécifique a été réalisé pour fournir à la propriété son propre matériel végétal. La sélection massale est pratiquée sur le Mourvèdre à partir de très vieilles vignes, très résistantes, dont certaines ont été plantées en 1920 et sont toujours en production. Elles possèdent toutes les qualités pour faire un très grand vin : petites grappes lâches, petites baies bien colorées réparties harmonieusement, pieds faiblement producteurs.

Pour préserver sa diversité sans bouleverser les données qualitatives de la production, les replantations sont orchestrées à un rythme très lent, garant de l’identité de SAINT PREFERT et de son sublime terroir.

L’âge moyen élevé du vignoble, plus de 60 ans, génère naturellement une production limitée : 25 à 35 hectolitres à l’hectare. Ainsi, s’il y a quatre fois plus de permanents dans la vigne que dans les chais, c’est parce qu’un grand vin se révèle d’abord à la vigne. Quatre labours au cours du cycle végétatif, le refus des herbicides, ce sont mille gestes indéfiniment répétés tout au long de l’année, des saisons et des jours d’un grand cru d’exception.